Table ronde EBG : La DSI aux mains des directions fonctionnelles.

Article

J’ai assisté hier midi à une table ronde très instructive organisée par l’Electronic Business Group sur le thème « La DSI aux mains des directions fonctionnelles ». Elle était animée par Benoît Leboucher (Directeur associé – LOGICA BUSINESS CONSULTING) et réunissait : Christophe Leray (Directeur des Opérations et du Système d’Infirmation – PMU) Frédéric Charles (Responsable Stratégie & Gouvernance […]
Publié le 26 mai 2011 | ⏱ Temps de lecture : 1 minute

Electronic Business Group

J’ai assisté hier midi à une table ronde très instructive organisée par l’Electronic Business Group sur le thème « La DSI aux mains des directions fonctionnelles ». Elle était animée par Benoît Leboucher (Directeur associé – LOGICA BUSINESS CONSULTING) et réunissait :

  • Christophe Leray (Directeur des Opérations et du Système d’Infirmation – PMU)
  • Frédéric Charles (Responsable Stratégie & Gouvernance SI – LYONNAISE DES EAUX, SUEZ ENVIRONNEMENT)
  • Eric Hirlimann (Directeur du Système d’Information – INSTITUT CURIE)

Je vous en propose ici une revue commentée, sous l’angle habituel du blog, permettant une prise de recul par rapport au compte rendu que vous pourrez consulter sur le site de l’EBG.

Disclaimer : ne m’en veuillez pas si les citations ne sont pas toutes exactes au mot près !

Les relations DSI / Métiers.

Pour les 3 intervenants, la relation DSI / Métier est fondamentale et se doit d’être un réel partenariat et pas une relation client-fournisseur car l’IT est de plus en plus au cœur du métier. L’organisation de la DSI doit ainsi être adaptée pour permettre une relation en mode partenariat avec les échanges et discussions qui vont avec.

Christophe Leray : La DSI est le générateur du revenu car à PMU le métier est numérique, c’est le moyen de production de l'entreprise. […] Externaliser c'est bien mais conserver contrôle et être capable d’assurer la qualité c’est mieux.

Après avoir mesuré les limites de l'outsourcing la DSI de PMU est passée d’une externalisation poussée basée sur la vision « l’IT n’est pas notre coeur de métier » à une internalisation des compétences clés afin de reprendre la maitrise sur la qualité des productions des sous traitants en accroissant en parallèle la connaissance métier des équipes. Coté Lyonnaise des eaux, l’organisation est passée d'une organisation découpée par métiers à une organisation plus transverse dans les années 2000 via un renforcement des axes stratégiques : gouvernance, architecture, achats et juridique. A l’institut Curie, le fait d’être une entreprise de petite taille a permis d’évoluer avec le marché pour coller au plus près du métier et conserver une posture tournée et centrée sur le métier.

Eric Hirlimann : nous ne sommes pas là pour faire de l'informatique mais soigner le cancer.

Christophe Leray : l’IT devient de plus en plus prégnant dans le business de l'entreprise et dans l'ensemble de son activité. […] DSI transverse et vitale

Devenir un partenaire (IT in the business).

Pour permettre l’émergence de ces relations « partenaires » avec le métier, le contexte et l’histoire propre à chaque entreprise font qu’il n’existe pas de méthode unique. Les témoignages font apparaître une mise en œuvre progressive par la méthode des petits pas (on avance un peu, on regarde si ça marche mieux, on adapte). Heureusement, certains éléments communs transparaissent et donnent des pistes à étudier :

Le nerf de la guerre => le budget

Frédéric Charles : les achats sont un bon outil pour suivre les relations. […] La DSI refacture de 70 à 80% de ses prestations au métier.

Christophe Leray : Il n’y a pas de refacturation, c’est embêtant […] les demandes sont sans fin, pas de coûts donc pas de limites […] une segmentation en différents business a été mise en œuvre pour pouvoir regarder les P&L indépendamment et préparer la transition. […]  la refacturation a bien sur des inconvénients mais aussi un effet vertueux d'échange pragmatique entre IT et métier.

La connaissance du métier (être capable de dialoguer)

Eric Hirlimann : Le métier veut l'usage, la DSI est une DSU, sa mission c'est l'usage. […] apporter le meilleur usage au meilleur coût.

Christophe Leray : […] important de capitaliser la connaissance métier (et IT) en interne quand […] pas d'économie d’échelle en sous traitance

L’implication des utilisateurs

Eric Hirlimann : L'utilisateur est obligatoirement en relation directe avec le fournisseur. La DSI ne peut de toute façon pas se substituer à lui. Il n’y a pas de risque de perdre la main car la DSI n'a pas les moyens/compétences de l’avoir et ne la veut pas.

Christophe Leray : Les projets stratégiques fonctionnent en plateau projet IT / Métier avec un sponsorship fort de la DG, les autres plus classiquement via des chefs de projets IT & Métier.

Eric Hirlimann : lorsque le Métier ne semble pas enclin à exprimer son besoin, [… utilise l’astuce suivante] piocher chez le voisin un cahier des charges ressemblant, l’adapter en sachant qu’il ne conviendra pas totalement pour créer la réaction, l’échange et la saisie du sujet par le métier.

La visibilité et la communication autour de l’offre de service

Frédéric Charles : Il n’y a pas assez de marketing de l'IT. Le packaging de l'offre n'est pas assez poussé.

La pression du marché et le sponsorship de la DG

Christophe Leray : La conduite du changement marche comme une chambre à air, il faut maintenir la pression sinon elle reprend sa forme initiale.

Frédéric Charles : la co-construction n’est pas naturelle et spontanée s’il n’y a pas de pression du marché ou de sponsorship de la DG.

L’amélioration continue

Eric Hirlimann : les enquête de satisfaction sont utilisées comme démarche d'amélioration continue, elles sont très transversales et axées usages, la partie technique est marginale.

Christophe Leray : message passé aux équipes interne => écouter est primordial […] rythme annuel positif pour les enquêtes satisfaction, elles sont aussi utilisées comme outil de communication.

Frédéric Charles : 30% de participation aux enquêtes car 1€ donné à une ONG par personne qui répond. La remise du cheque à l’ONG est valorisée sur l’intranet. L’effet de bord est que la visibilité est plus sur le fait de faire une enquête que sur le résultat lui même.

Faire face aux futurs enjeux de la DSI.

Sans surprise, les tendances qui se dégagent sont partagées par les 3 intervenants. Bien que structurellement et culturellement différentes, ces 3 Directions partagent une même vision du chemin qui reste à parcourir et des voies stratégiques qu’elles devront emprunter :

  • Améliorer le lien IT / Métier (IT in the business)
  • Mieux comprendre le Métier et ses applications
  • Fluidifier le parcours de l’information (collaboratif)
  • Mieux savoir « vendre » son offre de service
  • Etre proactif et savoir proposer des usages avant que le besoin n’en soit exprimé
  • Etre capable d’innover et d’expérimenter
  • S’engager auprès du Métier et tenir ses promesses
  • Donner envie au Métier de venir voir la DSI

Frédéric Charles : le marketing IT est très important. Il faut donner un nom aux outils et ne surtout pas utiliser celui de l'éditeur.

Frédéric Charles : la relation avec les utilisateurs est un fondamental. […] La DSI a un rôle d'animateur

Frédéric Charles : le travail sur l'image de la DSI n’est au départ pas une volonté mais plus une conséquence du travail en mode partenaire

Christophe Leray : L’innovation est sur le online essentiellement, c’est plus progressif sur le secteur traditionnel. […] La DSI se doit d'être proactive auprès du métier.

Frédéric Charles : […] importance de la veille et de la proactivité dans l'offre de service. Ne pas se reposer sur les SSII car elles sont elles aussi en décalage avec la réalité du nouveau marché.

Frédéric Charles : […] contribution à l'innovation par l’implication de la DSI très en amont. La DSI doit sortir de sa tour. Nous devons ouvrir le SI à l'expérimentation (avec des startup par exemple).

Eric Hirlimann : le DSI ne doit pas déléguer sa signature car c'est elle qui est garante de son engagement et de sa responsabilité auprès du Métier.

Les DSI on parcouru un long chemin depuis les années 80, contribuant à construire progressivement un outil de production urbanisé stratégique pour l’entreprise aujourd’hui. Plus que jamais, le Métier a besoin de la DSI pour avancer. Pour garantir la pérennité du SI et son évolutivité dans des délais adaptés à ses besoins actuels, la relation DSI / Métier doit se transformer en un partenariat fort dans lequel chacun des acteurs aura à cœur d’avancer main dans la main. La DSI n’est plus au service du Métier, la DSI est le partenaire privilégié du Métier. Le chemin à parcourir pour arriver à ce résultat est encore long, et le travail sur l’organisation sera à n’en pas douter un point clé de la démarche. Un point qui n’a pas été abordé dans la table ronde est l’importance de l’humain et du recrutement pour cette transformation. En effet, changer l’organisation sans travailler sur l’humain ne sert à rien, le naturel revenant bien sur au galop. Aujourd’hui la DSI s’appuie sur des profils ayant une forte aversion au risque et au changement, demain elle devra s’appuyer sur des profils à l’appétence forte pour l’innovation, le changement et l’expérimentation !

Pour aller plus loin sur ce sujet au combien passionnant de la DSI du futur, je vous invite à consulter les ressources suivantes :



Fabien GrenetCofondateur de There is no spoon, Fabien est tout autant passionné par l'innovation et le numérique que par le jardinage. Il partage sa vision et son expérience sur ces pages, ainsi que ses expérimentations agricoles sur Le Potager Perché.

Travaillons ensemble !

Envie de prendre un café pour faire connaissance et découvrir notre activité ? Besoin d’un point de vue expert sur vos problématiques et vos besoin ?

Laissez nous un message via ce formulaire...

...ou contactez nous directement

Téléphone

06 62 35 33 41

Réseaux sociaux

Une dose d'inspiration ?

#UX / Content first, sidebar second.

#UX / Content first, sidebar second.

Cela fait presque un an que je ne me satisfait plus de la mise en page des articles sur Startupeers, en particulier parce que je trouve les contenus publiés pas assez agréables à lire. Je suis plutôt frustré du rendu à l'écran de ces contenus pourtant qualitatifs, que...